Newsletter Forum Commentaires Nous contacter
 
 
Une Aventure familiale autour de l'Afrique  

Diaporama


 
 
 

Mozambique

Extrait des flashs-infos envoyés durant le voyage:

Dimanche 9 janvier 2011

Déjà 8 jours sans une connexion Internet normale, heureusement que nous avons notre roue de secours : le satellite.

Nous avons passé la frontière du Mozambique jeudi matin, après avoir passé la nuit au poste frontière, comme à notre habitude. Nous avons essayé et réussi à obtenir un rabais sur le prix des visas : 4 pour le prix de 3 ! Et rien payé pour le camping-car ! Mais, ne l'ébruitez pas trop !

Comme à chaque changement de pays, nous sommes épuisés par les changements de culture, monnaie, formalités, banque, tarifs pratiqués et achats ... et ici, en +, c'est plutôt portugais qu'anglais. Nous roulons toujours à gauche (depuis le Kenya) et ça va durer encore longtemps. Nous n'avons eu quasiment que de la pluie orageuse depuis notre entrée au Mozambique et Marie-Christine a été malade pendant 3 jours (une sorte de tourista ? avec fièvre et fourmillements) mais aujourd'hui, ça va beaucoup mieux : elle re-mange ! Cela nous coûte donc + cher ! Dommage !

Le Mozambique : les gens sont assez corrects, toujours prêts à nous orienter et aider, et nous laissent tranquilles lorsque nous faisons du camping sauvage (ce que nous faisons tous les jours depuis le Kenya, sauf pour le nouvel an). Une minorité de la population est hallucinée par l'alcool et la cocaïne (surtout les hommes), un douanier a même demandé à Alain s'il pouvait lui en donner pour passer le pont du Gambèze ! Evidemment, nous n'en avions pas et nous avons simplement payé quelques centimes pour le "péage". Aujourd'hui, au marché, d'autres hommes alcoolisés et/ou drogués ont essayé de nous voler un tapis du camping-car ! Dorian l'a vu, nous a avertis, et Marie-Christine l'a récupéré sans problème, non sans leur hurler dessus, prenant tout le monde à témoin : "I am angry ! Are you crazy !". Alain a mis les voiles immédiatement.

Maintenant, nous voilà arrivés à Vilankulos (ne pensez pas à mal !) au bord de l'océan Indien, dans les cocotiers et dans un restaurant avec un accès Internet correct. Les enfants jouent sur la plage pendant que nous écrivons ces quelques mots. Nous tenons à rajouter que pour les enfants, le travail par le CNED est très difficile, car il y a la route, les paysages magnifiques, les rencontres extraordinaires, ... Nous essayons de serrer la vis, mais ce n'est pas facile. Heureusement, ils progressent un peu en anglais et en géographie (maigre consolation !).

Les Africaventouriers bientôt en Afrique du Sud (nous suivons notre planning !)


Dimanche 16 janvier 2011

Xai-Xai plage : Il y a quelques années, un cyclone ou une inondation ou le feu, on ne sait pas trop, a ravagé toute la côte, mais la plage est restée intacte, magnifique, immense, gigantesque ! Les bâtiments et grands hôtels de l'époque sont fantomatiques et totalement à l'abandon. Seules quelques petites maisons ont été reconstruites.

Nous avons toujours de très gros problèmes avec le système de suspension à air. Nous sommes arrivés à Xai-Xai tant bien que mal, et ça nous a permis de démonter et réparer temporairement la fuite, avant l'Afrique du Sud pour des pièces et réparer au mieux. Ceci dit, nous en avons profité pour nous baigner (et oui, encore !) et les enfants se sont initiés dans les immenses vagues ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Mais nous nous sommes aussi régalés avec la pêche locale de gros crabes et langoustes ! Miam ! Miam ! Alain a même préparé une aïoli !

Nous avons quitté Xai-Xai et nous venons d'arriver à la capitale Maputo où nous allons faire du "shopping-visas" dès demain matin. Il fait très chaud et très humide, nous irons certainement aussi nous baigner. Nous venons de pirater une connexion Internet par laquelle nous envoyons ce flash infos. A bientôt !


Mercredi 19 janvier 2011

Cela fait maintenant 5 jours que nous sommes à Maputo pour faire notre shopping-visas. Ça ne nous aura pas coûter bien cher, car nous n'avons rien acheté. On nous a fait comprendre que nous n'obtiendrons notre visa pour la RDC qu'au prix fort décidé arbitrairement par Désiré (diplomate de l'ambassade), soit 200 $ par passeport, mais comme nous ne marchons pas dans sa combine, il nous prie de sortir immédiatement en nous disant : "je vois que nous ne pourrons pas faire affaires ensemble". Nous partons en répondant : "nous ne vous disons pas merci !" et il ose rétorquer : "vous n'êtes pas obligés". Nous ajoutons que Désiré parle très bien français puisque c'est le premier pays francophone d'Afrique que nous traverserons (peut-être !).

Quant à l'Angola, après maintes demandes et discussions, un dossier complet, des justificatifs supplémentaires de n'importe quoi qu'il fallait chercher à chaque fois, on nous a fait tourner en bourrique pendant 3 jours avant de nous dire en tremblant : "puisque je vous dis que nous ne voulons pas vous donner les visas !", et il a tourné les talons en nous laissant bredouilles. Qu'est-ce qu'on attend, alors ? On n'a plus qu'à quitter les lieux !

Quel étrange premier contact avec ces 2 pays ! Nous nous sommes rendus à l'ambassade de France, 3 fois, pour discuter avec le consul et expliquer nos mésaventures. Cela ne les a pas étonnés du tout, ils ne nous ont pas rassurés et nous ont même conseillés d'arrêter notre voyage en Afrique du Sud, car l'Angola est un pays spécial, ainsi que le Nigéria, et il faut être extrêmement vigilants dans ces pays-là. Si nous décidons de continuer notre route, nous devons alors nous adresser dans d'autres ambassades de ces pays.

Ces pays atteignent un niveau de corruption que nous n'aurions jamais imaginé ! Nous sommes dans l'incertitude quant à la suite de notre voyage, nous ne savons pas si nous pourrons aller au-delà de la Namibie ! Que de questions sans réponses !

Même ici, au Mozambique, la corruption va bon train ! Nous nous sommes fait arrêter par la police plusieurs fois, sur des prétextes bidons (ils inventent de nouvelles lois pour nous, les blancs !), et à chaque fois, ils demandent de l'argent, ou quelque chose, ou à manger, ou pour boire, ... et même de la "coke" ! Cette nuit aussi, à 2 heures du matin, pendant notre sommeil, ils sont arrivés manu-militari, toquant très fort pour bien nous réveiller, obligeant Alain à sortir en slip, tout ça pour nous dire que nous avions "a beautiful big big car", et surtout pour nous demander de la money ! ... Nous n'avons jamais rien donné, mais c'est grâce à des heures de discussions ! Et quelle perte de temps !

Le seul point positif ici, grâce à une connexion Internet piratée, nous avons pu travailler, CNED, échanger avec la famille en France et régler quelques problèmes là-bas.

Ecoeurés, dégoûtés, nous partons dès ce matin pour nous ressourcer un peu en Afrique du Sud, en passant par le Swaziland (enfin, on l'espère !). Nous avons trouvé en bricolant un peu, une solution temporaire pour nous dépanner les suspensions, qu'il faut gonfler tous les 50 à 100 kms, car cette panne persiste.


Jeudi 20 janvier 2011

C'est sans regrets que nous quittons le Mozambique, pays où les policiers nous arrêtent à tout bout de champ pour nous racketter ! Même les habitants ont la facheuse habitude de croire que nous allons leur donner de l'argent à chaque coin de rue ! De +, nous avons perdu une semaine pour des visas que nous n'avons pas obtenus !

 

 

 
 
Nous sommes le

et vous êtes le :

ème visiteurs

INFOS


Programme des évènements 2012 voir >

Consulter le blog infos

Itinéraire animéVoir l'itinéraire
 

 
TEASERS THEMATIQUES
Un périple en Afrique ...

De grosses galères ...

A la découverte des animaux ...

A la rencontre des Africains ...

Actions Humanitaires ...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

ACTUELLEMENT
 
 
      AFR